APOP_dico


Nomophobie? Ce concept réfère à…

  • 1. La réticence à adopter les nouvelles technologies
  • 2. La peur d’être victime d’un vol d’identité sur le web
  • 3. La crainte des effets néfastes des ondes électromagnétiques
  • 4. L’angoisse d’être séparé de son téléphone cellulaire

Réponse

  • 4. L’angoisse d’être séparé de son téléphone cellulaire

La nomophobie réfère à la peur excessive d’être séparé de son appareil mobile ou d’être dans l’impossibilité de s’en servir. Plus généralement, le concept désigne également l’état de manque provoqué chez une personne par cette « séparation » temporaire ou prolongée. L’appareil peut se trouver physiquement à proximité, mais le fait que la pile soit à plat ou que les réseaux Wi-Fi ou cellulaires ne soient pas accessibles peut provoquer chez certaines personnes des symptômes physiques et psychologiques réels : inconfort, anxiété, pensées obsessives, ennui, difficultés de concentration, etc.

Le terme a été inventé en 2008 au Royaume-Uni, dans le cadre d’une étude ayant pour but d’observer les angoisses subies par les utilisateurs de téléphones mobiles. Nomophobie est emprunté à l’anglais nomophobia, mot-valise construit à partir de la combinaison des termes no mobile phone phobia. Il a fait son entrée dans le dictionnaire Le Robert en 2017.

Au Québec, l’Office québécois de la langue française déconseille l’utilisation du terme nomophobie, emprunté à l’anglais, lui préférant plutôt l’équivalent mobidépendance, d’autant que ses symptômes relèvent davantage de la dépendance que de la phobie.

À l’heure où un débat sur l’utilisation des cellulaires en classe ressurgit, il est toujours pertinent de se questionner sur ses propres habitudes de consommation numériques et de sensibiliser les étudiants à l’importance d’amorcer des réflexions sur ces dimensions. La dépendance ne se mesure pas seulement au nombre d’heures passées devant un écran; les conséquences négatives de cette consommation dans les autres sphères de la vie, comme les relations interpersonnelles, l’humeur, le sommeil et l’hygiène, doivent aussi être investiguées.

Références

Voir toutes les rubriques APOP_dico


L'APOP reconnaît la contribution et le soutien financier du Ministère de l'Éducation et de l'Enseignement Supérieur (MEES) pour la réalisation des activités dédiées aux établissements du collégial.

Les activités d'animation et de perfectionnement sont diffusées sur le site de ProfWeb.

L'infolettre APOP est supportée par Dialog Insight.