Dîner-causerie

Vous dites… pédagogie inversée???

  • Jeudi, 8 novembre 2012
  • partie 1
  • partie 2
  • partie 3
  • partie 4

Animation

  • Martin Pelletier, Cégep de Lanaudière à Terrebonne

Contributeurs

  • Samuel Bernard, Cégep de Lanaudière à Terrebonne
  • Christian Drouin, Collège de Maisonneuve

L’application du principe de la pédagogie inversée serait-elle une solution pour les enseignants qui, session après session, doivent répéter les notions constituant des principes et des informations à acquérir comme préalables aux activités d’apprentissage? Les groupes d’étudiants sont différents certes, mais dans certains domaines le contenu à traiter se modifie peu, voire même pas du tout. Ainsi, par analogie, nous savons tous que prendre connaissance du «livret d’instruction» destiné à l’utilisateur d’un appareil favorise considérablement l’appropriation de son maniement tout comme une bonne exploitation de ses fonctionnalités.

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, la pédagogie inversée ne constitue pas un moyen permettant à un enseignant de réduire le fardeau de la transmission des informations. Bien au contraire! Il doit traiter et diffuser le contenu informationnel très systématiquement, de façon dynamique et pérenne en utilisant des applications technologiques.

Ces fichiers autoportants sont alors remis à l’étudiant afin qu’il en prenne connaissance et se les approprie à la maison où dans un lieu de son choix. Ainsi, que ce soit par le biais de références textuelles (pdf, sites web, etc.), vidéos, de capsules ou de baladodiffusions, l’étudiant, dès le point de départ, prend en charge les éléments de référence qui serviront de point de repère et de balise pour les activités d’apprentissage structurées où s’opèrera le transfert et la matérialisation entre « la théorie » et « la pratique ».

Le temps habituellement consacré à la «transmission magistrale» des informations, par rapport au temps réservé à la réflexion critique, l’analyse et l’application individuelle en dehors de la classe, se trouve donc ainsi « inversé », agissant à la manière d’un laboratoire vivant où les contributeurs auront à concilier l’information, solutionner un problème, traiter une situation, transposer et appliquer des processus et des méthodes, dans un contexte d’échange et de collaboration avec les pairs.

Ce type de stratégie pédagogique met de l’avant le principe où, au cours d’activités d’application et de transfert encadrées en présence ou à distance, les étudiants mettent en commun leurs efforts pour valider leur niveau de compréhension et d’application des concepts et des données informationnelles étudiées auparavant.

Questions et enjeux

  • Quels outils technologiques sont les plus accessibles et les plus utiles pour la prise de notes?
  • Corollairement, quand doit-on diffuser les notes de cours produites par l’enseignant?
  • Les étudiants semblent préférer les recevoir avant ou pendant un cours; quels sont les bénéfices associés à l’une ou l’autre des formules?
  • Quel format devrait-on éditer et publier? Des notes complètes? Des notes à enrichir?

L'APOP reconnaît la contribution et le soutien financier du Ministère de l'Éducation et de l'Enseignement Supérieur (MEES) pour la réalisation des activités dédiées aux établissements du collégial.

Les activités d'animation et de perfectionnement sont diffusées sur le site de ProfWeb.

L'infolettre APOP est supportée par Dialog Insight.